Dominique Turpain du 1 mai au 31 mai :les chaises du jardin du Luxembourg 2010

Le 3 mai 2010 - Dans : Peintres

img_0012

Dominique Turpain a franchi le pas de ma porte il y a un an maintenant , nous avons bavardé un peu de tout  ,il a fini par me dire qu’il était peintre , mais après un bon moment , ce qui est très rare à peine m’avait -il quitté en me donnant son nom :Dominique Turpain que  ma curiosité habituelle …………………….

m’a amené à en savoir un peu plus .
Si Dominique Turpain n’est pas le seul artiste à avoir regardé et considéré les sièges, il est déjà plus rare d’en avoir fait un thème pictural . C’est au regard de l’importance de sa déclinaison (loin d’être achevée ) et de la substantielle diversité de celle-ci , qu’il y a ici l’embryon d’une œuvre unique en son genre
Vous allez tout savoir ou presque sur l’artiste !
Dominique Turpain est né en Charente maritime  à Saintes en 1957 .
En octobre 1975 il rentre aux beaux-arts de Bordeaux.Sa première exposition a lieu à Royan en 1980 . Aquarelliste  à ces débuts ce qui lui permet très vite de vivre de la vente ses oeuvres
Dès 1984 la  représentation du réel   pour Dominique Turpain évolue , ses peintures ressemblent  à des paysages faussement kaléidoscopiques . Début 1987 l’incrustation de figures s’accompagne d’une saturation graphique et chromatique atteignant son paroxysme fin 1988 .le réel tend à disparaître , la peinture ne suffit plus à Dominique Turpain , il  écrit sur certaine de ces oeuvres cette foule de manifestation l’amène à la série des foules début 1989 .
En 1994 après son exposition strasbourgeoise Dominique Turpain va prendre du recul  et voyager non plus à l’intérieur de lui même mais géographiquement :destination les  grandes villes :
Venise , New-York , Paris , jusqu’en 2007 ces peintures urbaines quasiment toutes sans personnage vont l’accaparer .pour Dominique Turpain , l’homme méritait un traitement à part entière .
En 2003 à la faveur d’un court thème sur les architectures fragiles et éphémères de la grande conche de Royan  Dominique Turpain réalise alors quelques peintures de transats .deux choses importantes sont en gestations .
Le  conséquent travail sur les sièges qu’il démarrait ainsi que l’évolution de sa thématique des sièges qui lui permet de rejoindre graphiquement celle des visages  depuis 2008 et d’y associer les deux thèmes (dans certaines oeuvres ).
Entre 1980 et 2010 a réalisé environ 2500 oeuvres ,près de 230 expositions personnelles ,intéressé des amateurs et collectionneurs   un peu partout dans le monde .Pour en savoir un peu plus sur la thématique des sièges :
Dans un premier volet les sièges sont considérés uniquement dans leur décor ambiant ,
Décor minimaliste ,se résumant parfois à la seule ombre portée sur un sol .
Les sièges hors contexte second volet sont déjà là .
Dès 2005 , Dominique Turpain  élargit le thème à tous les sièges . Les sièges seront l’élément  essentiel de certaines peintures urbaines sur Londres , Venise , New-York , Paris
En 2007 les sièges hors contexte occupent tout l’espace de l’oeuvre , ils sont  mis en scène , évoquent  un couple, des petits animaux ,des farandoles , des masques,….
Parfois , la présence invisible d’un miroir double le sujet , le déforme et modifie ainsi son rapport à la réalité , voir sa réalité même .le troisième volet de la thématique est ainsi engagée  , un volet plus contemporain .
Fin 2008 , les sièges ou le siège  retrouvent un décor non plus ambiant mais ambigu, fantasque , onirique, mobile .Dans quelques oeuvres la représentation centrale d’un siège s’accompagne de la multiplication de son ombre .
Fin 2009 Dominique Turpain comprend alors qu’il traite la thématique des sièges intellectuellement et graphiquement comme fut traitée celle des visages .
Par jeu expérimental  discret , volontairement plus visible ensuite il entreprend d’associer sièges et visages dans certaines peintures .

Laissez un mot - Retour accueil